10,916 Revisions Later

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
SPONSORED LINKS END OF SPONSORED LINKS

Editing the manuscript, September 2017

He looked at her with a worried look and […]

“Say look again. SAY LOOK again! And I dare you, I double dare you motherfucker! Say look one more time!”

[…] with a last look, he […]

“Oh, for fuck’s sake, here it is again. What the hell was I smoking? Not the thesaurus, apparently.”

Don’t mind me, I’m just arguing with myself. The 330-page manuscript is a bloody battlefield with insertions and deletions in red ink. I’m editing—there will be changes.

It’s time for an update on the book project. Over the past few months, several of you sent words of encouragements, shared relevant articles and asked for news. And what did I do? Uh … let’s just say you won’t see the big-screen adaptation of the manuscript anytime soon.

That query letter I sent in April? Yeah, I never heard back from it.

When I reached out to a publisher last spring, I had a yes-no scenario in mind. Somehow, it didn’t occur to me dead air would hang over the computer. I knew a “yes” was about as unlikely as winning the lottery, but I was almost looking forward to receiving a rejection email. I was even planning to print it out and keep it—my first battle scar!

But the awkward silence that followed my query caught me off guard. Were the letter and the first ten pages of the book that bad that they weren’t even worthy of the standard rejection email?

This is where you notice the value of feedback—without it, you’re kind of lost. I did the next logical thing and I started doubting myself. For a few weeks, I couldn’t even open the manuscript because I was afraid I would spot one of these unmissable and embarrassing typos at line 2. Then I came down with a full-blown case of imposter syndrome—well, obviously the manuscript is awful, I’m a failure, a pathetic excuse for a human being, I can’t write, etc.

I don’t have this boundless optimism and resolute self-confidence some people possess. And let’s face it, I’m querying for a novel that, to date, no one else but me read. Was I completely delusional? Did I breathe in too much of this “I’m awesome ’cause I’m my own person” North American attitude?

And then, the weirdest thing happened. Mid-June, I ran out of reading material during a Starbucks break. Out of sheer boredom, I opened the Kindle version of the manuscript I had as a backup.

A few minutes later, I caught myself laughing.

Yes, I laughed. I laughed at what characters I created were saying. Sentences I wrote made me laugh.

I closed my Kindle and frowned. I’m not usually the type of person who laughs at her own joke. Have I reached a new stage in the psychopathology of delusion?

Later that night, I read two more chapters of my own book as if it was just another novel on my Kindle. I’m slightly ashamed to say that I liked it. “Well, at least, you’re consistent,” I muttered to myself.

This is when I decided to move on to a new, more constructive stage. My logic went as follows: my query letter and the first few pages of manuscript passed unnoticed because they weren’t good enough. I could fix this. I could get better.

I gave myself a month to go through the manuscript with new eyes and make it absolutely perfect. I loved this new plan, which was just as well because I didn’t have any other.

Late at night, after spending hours editing CEOs, interns, politicians, friends, managers, university professors and obscure strangers, I edited myself. And even though the manuscript had gone through many editing phases before, this time, it was different. I’m not going to claim that I’m more enlightened now because I AM A MOTHER—between us, being a parent teaches you a lot about yourself but fuck all about much else—but I felt I had the benefit of hindsight.

Of course, at some point, it was awkward. Do you know that moment when you put your iPod on shuffle mode and start questioning your taste in music? Editing your own prose feels like that.

Yet, I still loved the story, the characters and the plot. I stand by it. I mostly edited for style, said no to elegant variations, killed adjectives—basically anything that would slow down readers.

The process didn’t take a month but almost five. I didn’t correct a few typos but made 10,916 changes in total—that’s what Word claims, anyway.

I feel the same satisfaction you get from wrapping a gift perfectly. I’m happy with what’s inside the book and I think it’s prettier after this editing work.

I have my confidence back.

And I’m back to querying.

Share.

About Author

French woman in English Canada. World citizen, new mom, traveler, translator, writer and photographer. Looking for comrades to start a new revolution.

21 Comments

  1. Hey!
    Admiration totale pour tout ce travail!
    Je n’ai pas tout suivi mais il est en français ton livre?
    Et du coup tu as envoyé chez quel type de maison d’édition? ceux qui font en papier ou version numérique ou autre?
    C’est dommage ici je ne connais personne mais en France j’ai un amie qui s’est lancée dans l’écriture et travaille avec des maisons d’édition mais plutôt pour le genre heum… romance et fantastique.
    C’est peut-être un préjugé mais je ne te vois pas dans le genre romance (50 nuances de… ou Twilight version adulte????)
    Bref courage! C’est super je trouve de se relire quelque temps après et de tout de même trouver un intérêt à ses écrits.
    C’est peut-être une question idiote mais, tu ne l’a fait lire à personne?

      • Euuuh non pas que je sous-entende que je devrais genre être la première à lire si t’as jms fait lire à personne hein, je veux dire, c’est très personnel l’écriture…
        Mais je te comprends parce que j’ai quelques scénarios et autres écrits que j’ai tellement cachés que certains je les ai perdus…
        et quand je les ai fait lire, ceux qui restent ben… ça a été une libération plutôt qu’autre chose.
        pourtant mes écrits (et autres productions artistiques) ce sont mes bébés, mais un bébé on veut qu’il grandisse évolue, vive sa vie quoi 🙂
        (oui j’ai des analogies foireuses)
        Biz

        • Non, c’est une belle analogie, je trouve!

          En fait, ce n’est pas vraiment de la timidité de ma part. Je manque juste de lecteurs qui serait prêts à prendre le temps de lire un manuscript de 330 pages. Je trouve que la lecture et ce qu’on choisit de lire, c,est très personnel. Je recommande parfois des livres à des amis, mais ils font ce qu’ils veulent de mes recommandations, idem de mon côté. Du coup, je ne veux pas que quiconque se sente obligé de me lire, et pire, de trouver quelque chose à dire sur un manuscript qu’ils auront aimé ou pas. Bref, je cherche l’impartialité.

          Tu écris toujours?

        • J’attends que ça de te lire. En plus je ne risque pas de noter les fautes de langage ou de grammaire en anglais lol 😉

          Le seul style de livre que je ne lis pas ce sont les trucs d’horreur, genre Ça (“It”). Effectivement si tu me dis que c’est le genre que tu as écrit je vais passer mon tour. Pour tout le reste je suis la femme qu’il te faut. Surtout si tu me fais rire (femme qui rit…) (ça y’est je te drague tu as vu ;p)

    • DEn fait, toute l’histoire est ici : http://correresmidestino.com/category/author-seeks-publisher/ Enfin pas l’histoire DANS le livre, celle du livre! 🙂

      Et tes questions sont très pertinentes! J’écris en anglais et effectivement, pas de romance ni de SM 🙂 C’est un roman policier sans policiers dedans.

      Je ne pense pas que publier à mon compte soit une bonne idée dans mon cas, alors je cherche un éditeur traditionnel. Bref, je démarche les maisons d’édition, le comble du masochisme, mais il me reste encore un peu de naïveté… suffisemment pour tenter le coup!

      Et non, personne ne l’a lu. Feng ne lit pas de fiction, mes amies sont occupées et franchement, je ne veux pas être la chieuse qui ennuie tout le monde avec son manuscrit “mais si, lis-le, toutes les pages, hein!” Vu que c’est en anglais, je peux même pas supplier ma propre mère 😆

      • OK, je veux le lire!!! Serieux, je lis beaucoup de fiction et ce serait avec plaisir, promis 😉
        Apres c’est toi qui voit, mais pas d’excuses 😛
        And thank you, as a “non-mother” I sometimes feel like since I haven’t pushed a baby out of my vagina I know nothing about life. At least according to some.
        I mean I understand it’s something life changing, but I’m tired of everyone saying becoming a mother made them better at everything under the sun.
        PS: Come back and slap me when I become one of those mums one day 😛

        • I think at one point (probably in the first year) many mothers feel like they have the weight of the world on their shoulders and yeah, being a parent is a pretty big responsibility. But this ‘entitlement” feeling shouldn’t last more than the first few weeks/months where you are adjusting and completely sleep deprived!

          I can assure you being a mother didn’t give me magical powers 😆 Much like any big life event (living with your other half, getting a job with responsibilities, etc.) it teach you new skills and a new perspective on life… but that’s one event among many others.

          (Je te reviens dessus pour le manuscrit!)

  2. Aaaaaaaah mais siiiiii ça ne me dérange pas hein de lire.
    Je veux dire si c’est pas par timidité d’être lue, n’hésite pas, j’ai du temps en masse puis je proposerais pas si ça me faisait chier… en plus c quoi 300 pages… 3h de ma vie LOL (bon d’accord je lis vite mais pas siiii vite)
    Donc oui si tu es motivée un de ces 4 vraiment dit moi… 🙂 En plus comme on ne se connait pas personnellement, je n’ai aucune attente, aucune timidité à donner mon avis, aucun a priori etc…

    Moi sinon je suis en grande pause d’écriture.
    Depuis mon grand garçon 🙂 J’ai bien des choses en chantier mais un peu la peur de m’y remettre à fond. En fait dans mon contexte (maman, enfants, vie à deux… enfin à 4) je n’ai jamais écrit puis j’ai le trac un peu. Je suis sûrement juste rouillée. Mais je ne me stresse pas plus que ça. Je prend du temps à me décider mais quand j’y vais, j’y vais à fond.

    Ah mais sinon je ne parlais pas vraiment d’auto édition hein mais de plus les éditions qui font du tout numérique. Après je suppose que ce n’est pas forcément pertinent pour tous les genres et même si les maisons d’éditions plus traditionnelles sont plus dures ben je les préfère aussi. Ce n’est pas de la naïveté hein, il faut viser ce que tu veux après tout. Puis j’ai lu BEAUCOUP BEAUCOUP (trop à mon goût) de livre auto-édités et misère, j’ai de la sympathie pour certains auteurs mais les livres n’ont aucune structure les personnages ne sont pas du tout travaillés et… clairement il y en a qui n’ont pas compris la partie édition d’«auto-ÉDITION» puis tout ce qu’on voit c’Est qu’ils n’ont pas fait appel à des pros pour les aider…

    Enfin tout ça pour dire
    VAS-Y MAINTENANT JE SUIS HYPER CURIEUSE DE LE LIRE CE LIVRE MOI!!!!!!!!

    • Toi, tu vas recevoir de mes nouvelles par courriel cette fin de semaine 🙂 Ta proposition est vachement tentante…!

      Est-ce que tu écrivais avant de devenir maman et de te mettre en couple? De quand date la césure? Le manque de temps (et de neurones disponibles!), c’est clair que c’est un problème dans le contexte de la famille, surtout avec de jeunes enfants. Quels genres de trucs écrivais-tu? (autre que le blog!)

      Et surtout : est-ce que ça te manque, est-ce que tu te revoies écrire?

      Je dois avouer que je ne connais pas trop d’éditeurs numériques qui ne sont pas justement de l’auto-édition. Et tout pareil que toi, je SAIS que derrière un bouquin, y’a pas juste l’auteur et son génie, mais des professionnels, des paires d’yeux qui relise, éditent, etc. Je suis souvent dans le processus, dans le cadre de mon job 😉

      • Yeah!!!!! J’attends de tes nouvelles alors. 😀 Chouette chouette chouette!

        Oui j’écrivais avant de tomber enceinte globalement. C’est vraiment la grossesse qui a marqué un tournant, surtout que la première a été difficile nausées très intenses, plus de souffle, FATIGUE… bon puis j’étais clairement en dépression pré et post partum. Sinon il parait que je fais dans le surréalisme. Tu sais j’aime partir du plus petit événement de la vie et en faire quelque chose de complètement dingue. Au lycée j’ai écrit pour mes amis une cinquantaine de pages je crois à partir… du fait que la prof d’espagnol soulignait une lettre en particulier quand elle corrigeait nos copies. Tout ça avec un humour de m***, des meurtres, des associations improbables…………. Bref je m’éclate!
        Ou alors des fois je pars dans le côté plus sombre. Tu vois dans le genre policier je ne pourrait être que le point de vue du tueur par exemple. J’aime les choses un peu crues et qui rendent mal à l’aise.
        Pourtant j’ai peur de tout! Et avant je croyais que j’avais l’âme d’une romantique…. mais je ne peux pas m’empêcher de dévier 😀
        Et oui ça me manque d’écrire et oui je me revoie écrire sans aucun doute, il faut juste que j’arrive à l’intégrer à mon quotidien… Mais bon je n’écrit pas PLUS DU TOUT, juste des idées, du court, du pas fini. 🙂

        Les éditeurs numériques qui ne sont pas de l’auto édition je te dirais j’en ai quand même vu (dont celle où travaille maintenant mon amie) mais vraiment c’est plus romance etc… Mais même les gros éditeurs (ok là je parle peut-être juste de Harlequin aheum) font de plus en plus leurs collections «tout numérique»… Mais bon c’est clair que sur internet tu trouves de tout puis pas que du bien.

        • “Tu sais j’aime partir du plus petit événement de la vie et en faire quelque chose de complètement dingue.”

          Je suis EXACTEMENT pareil. C’est drôle! Par contre, je reste dans le réalisme, mais j’aime ces moments où la routine bascule dans l’inconnu et le bizarre.

          Tu as aussi eu des grossesses difficiles avec passage par la case dépression? Ça me parle assez, aussi :-/ Ça va mieux maintenant?

          Pour écrire, il faut vraiment avoir du temps de cerveau disponible et être finalement assez bien, même si on peut écrire sur être mal. Et il faut du temps aussi, chose assez rare et précieuse avec les enfants. Enfin j’imagine Mark x 2 et je te vois sur tous les fronts 🙂

          Est-ce que justement le blog est un moyen de combler cette frustration?

          • Aaaaah mais c’est marrant que tu dises que tu es pareil!
            Si tu savais le nombre de fois où les gens me regardent bizarrement quand je dis ça! LOL
            Mais c’est vraiment ce que je trouve beau dans l’écriture.

            Les grossesses difficiles. En fait j’ai un long historique de périodes de dépression et crises diverses dans ma vie. Sauf que personne ne m’avait jamais dit que du coup la grossesse était à surveiller pour moi de ce côté là, que j’était à risque de dépression pendant et après la grossesse. Et ça n’a pas loupé surtout la première, j’ai perdu pied avant même de savoir que j’étais enceinte à vrai dire. Ça a été mon premier symptôme de grossesse, mais on pensait que c’était une déprime, tu vois les hormones qui font un peu pleurer, qui te rend chiante… sauf que ça n’a fait qu’empirer, et le post-partum, avec un premier bébé surtout et dans un autre pays et l’entourage qui te dit en gros que tu fais ta diva… Savoureux! Donc oui ça va mieux mais je suis de toute façon toujours à me surveiller un peu. En fait les grossesses ont été tellement horribles côté psy que j’ai bien dû trouver une manière de me gérer efficacement. Ce n’est pas parfait mais au moins je fonctionne sans me faire de frayeurs ou avoir peur pour mes enfants. En tout cas je suis désolée que ça te parle 🙁 puis j’espère que pour toi aussi ça va mieux!

            Pour finir. Non,le blog ne me sert pas du tout à combler une frustration de l’écriture.
            En fait même si j’ai envie d’écrire et que je n’en ai pas vraiment le temps etc, je ne suis pas frustrée de ne pas écrire je me rend compte. J’ai un comportement assez cyclique. Ça ne me dérange pas trop de ne pas écrire,même pendant un long moment.
            Et puis aussi, je ne sais pas quelles sont tes motivations pour écrire, mais pour moi j’ai souvent écrit pour une personne en particulier, comme une manière de parler à une personne,de raconter une histoire pour une personne qui la lira ou pas, mais je me rend compte que c’est une grosse motivation que je n’ai plus tellement.

            Ah ah, la fille qui dit qu’elle est pas frustrée d’écrire mais qui répond en tartines!
            🙂

          • … et l’échange s’est poursuivi par courriel 🙂

            (Je note, hein, pour pas que tout le monde croit que je suis une grosse ingrate qui n’apprécie pas les discussions!)

Leave A Reply