Comment visiter… ou immigrer au Canada

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Eh oui, dur de trouver un boulot en France en ce moment, et le climat est un peu morose… Si les – 40C d’hiver ne vous font pas peur, et si vous avez envie de me rendre visite, ceci pourrait vous servir !

Ca fait bientot un an que j’ai ma résidence permanente (17 Novembre 2005), et j’ai avant passé presque un an au Canada en “touriste”, et une autre année en PVT… Citoyenneté & Immigration Canada, je maitrise !


I. Se rendre au Canada au départ de Paris

Il y a plusieurs compagnies aériennes low-cost, comme :

Si vous devez rester au Canada pendant plus de six mois, êtes encore étudiants et voulez un billet flexible, pensez aussi aux traditionnels :

Pendant un moment, j’ai aussi fait mes allers-retours avec des compagnies américaines, en passant par Philadelphie. Cependant, je vous le déconseille car :

  1. Ca revient maintenant quasiment au même prix
  2. Aux USA, la notion de “zone de transit” n’existe pas, donc il faut se plier aux formalités d’entrée pour les USA, se faire tamponner son passeport, récupérer ses bagages puis les faire ré-enregistrer etc. C’est une grande perte de temps.

II. Visiter le Canada

Les ressortissants de certains pays doivent être munis d’un visa (Voir la liste ici)

La durée du séjour est déterminé par l’agent de l’immigration au point d’entrée : en général, on vous donne un tampon de 6 mois (ce qui est le maximum).
Pour éviter de se faire questionnner facon “commando-style”, il est conseillé, et parfois obligatoire :

  • D’avoir un billet aller/ retour
  • D’avoir suffisamment de fond pour subvenir à ses besoins durant le séjour (imprimez une copie de vos relevés de compte au besoin…), car on veut être sur que vous ne travaillerez pas illégalement au Canada
  • De préparer une petite explication relative à votre séjour : Où allez-vous ? Connaissez-vous des gens au Canada ? Où allez-vous rester la première nuit ? Etes-vous déjà venus au Canada ? Etc.

La durée maximale de séjour est souvent de 6 mois… mais il est possible de la prolonger de six mois de plus, en en faisant la demande au moins 30 jours avant la date écrite en-dessous de votre tampon. Voir “prorogation de séjour à titre de visiteur”. Cette prorogation est en général accordée sous réserve que vous donniez une explication satisfaisante et que vous montriez, encore une fois, que vous avez suffisamment de fonds pour subvenir à vos besoins.

III. Travailler au Canada

Hormis les traditionnels “permis de travail” (Voir ici), assez difficiles à obtenir car l’employeur doit prouver qu’il ne peut pas embaucher de Canadien sur place, il y le PVT. Voir mon article sur le PVT et mon expérience avec ce type de visa : le PVT, mode d’emploi

Le PVT comporte beaucoup d’avantages :

  • Aucun frais de dossier
  • Une réponse plutot rapide
  • La plupart des demandes sont acceptées (attention quand même au quota ! En 2006, il s’est rempli très rapidement…)
  • Une fois sur place, vous êtes un travailleur comme les autres, avec votre carte SIN etc.

IV. Immigrer au Canada
Il y a plusieurs catégories :

Selon les statistiques de Citoyenneté & Immigration Canada , la plupart des immigrants tombent dans ces deux catégories :

  • Les travailleurs qualifiés
  • Le regroupement familial

A. Les travailleurs qualifiés

Le dilemne : passer par le Québec ou passer par le fédéral ?

Le Québec est une des provinces des Canada… mais une province avec beaucoup de latitude. Elle a notemment le pouvoir de choisir ses immigrants. Le Québec cherche en fait à pallier au vieillissement de sa population (le taux de natalité est assez bas) et veut aussi renforcer (ou défendre…) sa spécificité linguistique, le francais, dans ce continent plutot anglophone.

Le Québec n’est pas indépendant du reste du Canada : la province n’a donc que le pouvoir de vous sélectionner. Ensuite, c’est le fédéral (c’est à dire, les instances nationales canadiennes) qui valident réellement votre demande d’immigration.

Au terme de vos démarches d’immigration, vous recevrez la Résidence Permanente (“RP”). Celle-ci est valable pour tout le Canada.

Voici un tableau comparant les deux types d’immigration, par le Québec ou directement par les instance fédérales (ou voir ici si le texte ne s’affiche pas) :


B. Le regroupement familial : l’exemple d’un parrainage pour un couple

Le regroupement familial nécessite un “parrain” (un résident permanent au Canada, ou un Canadien) et une personne étrangère “parrainnée”. Le regroupement familial le plus fréquent (et le plus aisé) est celui des couples (c’est ce que j’ai fait !).

Pour l’immigration canadienne, il existe trois catégories de couples :

  • Les époux : les deux personnes sont mariées
  • Les conjoints de fait : pour être considérés comme conjoints de fait, il faut prouver avoir vécu au moins un an d’affilé ensemble
  • Les partenaires conjugaux : cette troisième catégorie regroupe les personnes qui n’auraient pas pu vivre ensemble jusque là pour des problèmes souvent administratifs (refus de visa pour le Canada etc.)

Voici un tableau récapitulatif des principales données du parrainage (ou voir ici si l’image ne s’affiche pas) :

La principale difficulté du parrainage est d’arriver à prouver que la relation qu’on entretient avec la personne au Canada est véridique – c’est la chasse aux mariages “de convenance”… Prouver une relation, cela veut dire fournir: des lettres, des emails, des relevés de comptes joints, des photos etc. C’est assez désagréable en fait de voir sa vie privée fouillée comme ca… mais c’est la règle.

D’une manière générale, certaines choses (même si elles n’engagent en rien mon opinion personnelle…) passent parfois avec difficulté au service d’immigration :

  • Une grande différence d’age
  • Des différences de cultures/ de religions très importantes
  • Les “rencontres internet” où les couples ne se sont jamais vu IRL

Ces personnes devront souvent donc passer une entrevue, durant laquelle elles seront questionnés sur la véracité de leur relation. Je n’y ai personnellement pas eu droit…

A noter : on peut faire un parrainage depuis le Canada ou depuis sont pays de résidence.

Depuis le Canada: si vous êtes admis sur le territoire pour au moins un an, vous pouvez présenter votre demande depuis le Canada. Si vous n’avez pas recu votre visa pendant la durée de validité de votre visa, vous pouvez demander un visa de travail. Mais attention, ce genre de parrainage prend en général plus longtemps. De plus, bien que vous puissiez quitter le Canada librement pendant la durée de traitement du dossier, vous n’êtes pas sur de pouvoir re-rentrer ! Si la décision s’avère négative, vous ne pouvez pas non plus faire appel.

Depuis votre pays de résidence : c’est la cas de figure que j’ai présenté dans le tableau. A noter que vous pouvez quand même venir ou résider au Canada pendant le traitement de votre dossier dans votre pays de résidence, sous réserve que vous soyiez admis au Canada (visa ou autre). En cas de refus, vous pouvez aussi faire appel.

En guise de conclusion…

Immigrer au Canada n’est pas impossible. Les informations sont plutot claires, et le Canada est un pays ouvert, qui pratique une politique d’immigration transparente. A partir du moment où vous êtes admissibles dans un catégorie, ca devient de la paperasse… Oui, les délais peuvent être longs, mais à vous de voir si ca vaut le coup !

Share.

About Author

French woman in English Canada. World citizen, new mom, traveler, translator, writer and photographer. Looking for comrades to start a new revolution.

1 Comment

  1. Bonjour ! Je suis parisienne et Webmestre de mon état c’est assez difficile de trouver du boulot c’est vrai en france. J’aimerais soumettre un dossier PVT comme tu le dis dans ton article, peux tu me dire ou je peux trouver ce dossier.

    Sinon très sympa ton blog. J’y passerais de temps en temps.

Leave A Reply