Des deux côtés de l’Atlantique

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
SPONSORED LINKS END OF SPONSORED LINKS

CanadianFlagsIl y a presque 5 ans, je débarquais pour la première fois de ma vie en Amérique du Nord. En ce mois de janvier 2007 le plus chaud que nous ayons connu jusque là (janvier sans neige à Ottawa, c’est plus rare qu’une dent dans la bouche d’un joueur professionnel de hockey !), voici un petit point culturel sur les différences entre les deux côtés de l’Atlantique.

Je suis arrivée ici sans rien vraiment connaître du pays, sinon les éternels stéréotypes qui sont arrivés jusqu’en Europe. Canada égal hockey, bûcherons, froid, sirop d’érable, pays au nord des USA qui n’a pour fonction que d’être au nord des USA, « vive le Québec libre » et autres lieux communs.

Instinctivement, je ne les sentais pas, les Canadiens. Z’avaient l’air bien brave, mais un peu trop nord-américains à mon goût. L’Amérique du Nord étant le paradis du capitalisme et donc des travailleurs opprimés, la feuille d’érable avait pour moi un arrière-goût de décor en pâte à mâcher. Qu’est-ce qui caractérisait la culture canadienne ? Céline Dion ? Bryan Adams ? Ah, Bryan, compagnon de lycée avec son « On a Day Like Today »… Ok, si c’est des Bryan Adams qu’il y a au Canada, j’veux bien y aller !

Mon arrivée au Canada a été pour le moins déroutante. Peu habituée à la mentalité nord-américaine, j’étais tout d’abord frustrée. Politique y’a pas, conscience sociale on s’en fout, c’est chacun pour sa gueule, traîner dans les cafés est une insulte à l’efficacité qui est de mise partout (sans compter les panneaux « no loitering » affichés au mur !), Recréer un mode de vie européen est impossible, à moins d’être un éternel expatrié : la nourriture européenne est chère, l’urbanisme est différent, la culture, que ce soit la littérature, le cinéma ou l’art recèlent chacun leur lot d’humour et de références impénétrables au premier abord. Pénétrer et comprendre un pays étranger prend du temps, et beaucoup de patience. Un certain doigté est nécessaire afin de ne pas froisser les autochtones (une dernière fois : reprendre un Québécois sur sa grammaire est très mal vu !), et en même temps, rien ne sert de se mettre à détester son pays d’origine pour faire bonne mesure…

Petit florilège des différences culturelles et sociales :

  • En France, on râle. Au Canada, on ferme sa gueule mais on en pense pas moins.
  • En France, on boit du café noir dans un tasse tout droit sortie d’une maison de poupée. Au Canada, on boit deux litres d’eau chaude marronasse tout droit sortie d’un Tim Hortons.
  • En France, on déteste les politiciens, mais on les élit quand même. Au Canada, on leur laisse deux mois de répit pour faire leurs preuves, on les déteste, et on ne réélit pas.

  • En France, on a un climat tempéré dont on se plaint beaucoup, et une météo pas fiable. Au Canada, on a un climat extrême dont on se vante beaucoup, et un service météorologique capable de prédire 2 mm de pluie entre 12 :08 et 12 :12.

  • En France, on fume dans les TGV, les bars, les restaurants, les galeries commerciales et les hôpitaux. Au Canada, on fume à 9 mètres de portes et les gens vous lancent quand même des regards assassins.
  • En France, nos immigrés sont naturalisés ou nés ici. Au Canada, les immigrés sont arrivés il y a deux heures mais sont de fiers Canadiens quand même.

  • En France, on veut des voitures toujours plus petites pour se faufiler dans les embouteillages. Au Canada, on veut des voitures toujours plus grosses pour faire du hors-piste dans la neige.
  • En France, on paie une fortune pour une assiette dans laquelle se battent en duel trois petits pois et un carré de bœuf artistiquement présentés. Au Canada, on paie trois fois rien pour le plaisir d’entasser lasagne + riz cantonais + poutine dans son assiette au buffet.
  • En France, on a de petites voiturettes pour nettoyer la merde de chien. Au Canada, on a de petites voiturettes pour saler les rues (histoire de faire fondre la neige, quoi !).

Deux peuples, deux coutumes… !

Share.

About Author

French woman in English Canada. World citizen, new mom, traveler, translator, writer and photographer. Looking for comrades to start a new revolution.

5 Comments

  1. Bojour Zhu ! Et Bonne année !!!!
    Suite à la lecture de cet article, je dois dire qu’il y a certaines choses que ne reconnais pas tout à fait… du moins, je pense qu’il y a encore une différence entre le canada et le québec. Mais les grosses bagnoles, les buffets (dieu que c’est immonde !), la météo, la culture… Certes, il y a des différences énormes !
    Becs

  2. Salut!!
    Nous sommes un jeune couple Français et souhaitons partir séjourner l’année prochaine au canada (10 mois minimum)!! comment devons-nous nous y prendre pour trouver du travail?????

    Merci de nous aider!!!!

    • Ça dépend vraiment de:

      1) Où vous allez
      2) Votre niveau d’anglais si province anglophone
      3) Votre domaine de travail
      4) de votre expérience

      Bref, pas de réponse miracle 😉

  3. Salut,

    Je suis colombienne, mais j’ai habité en France et en Suisse, pendant presque quatre ans. Maintenant je suis conjoint de fait avec un canadien et on a fait l’application de parrainagen, malgré qu’il est anglophone, on a fait l’application pour le Quebec, parce que mon anglais est mauvais, et on a pensé que je pourrait m’adapter mieux si je comprends ce que les gens disent…. je t’ai ecouté en Cafe de por medio, et maintenant, j’ai un peu de peur… le français quebecois est si difficil?

    Biz,

    Marcelanatalia

    • Bonjour,

      Non, n’aies pas peur! Le français québécois a des différences de vocabulaire et autre avec le français européen, mais ce n’est pas si terrible 🙂

      Tu pourrais par exemple commencer à écouter la radio ou la télévision en québécois pour t’habituer à l’accent:

      http://www.radio-canada.ca/
      http://vtele.ca/

      Comme ça, tu seras moins surprise! Les accents changent aussi selon la région 🙂

Leave A Reply