Home » Immigration » Comment Minimiser Les Délais Pour Immigrer

Comment Minimiser Les Délais Pour Immigrer

Ottawa Skyline

Ottawa Sky­line

Un arti­cle intéres­sant aujourd’hui sur un sujet qui préoc­cupe tous les deman­deurs d’immigration au Canada : les délais (voir plus bas…)

Alors, quoi faire pour éviter ces délais monstrueux ?

D’abord, ceux-ci sont sou­vent dû à ces fac­teurs :

  • Le dossier a été déposé dans un pays où il y a beau­coup de can­di­dats à l’immigration.
  • L’enquête de sécu­rité prend du temps.
  • Le dossier a été mal rempli.
  • La sit­u­a­tion du deman­deur est com­pliquée ou sort de l’ordinaire.

Bien sûr, le deman­deur n’a pas prise sur le sys­tème bureau­cra­tique de l’immigration. Cepen­dant, il y a à mon avis quelques “trucs” à né pas nég­liger pour accélérer le traite­ment du dossier !

Bien choisir sa caté­gorie d’immigration, et s’auto-évaluer grâce aux out­ils en ligne gra­tu­its: cer­tains veu­lent immi­grer à tout prix et se pré­cip­i­tent dans une caté­gorie qui n’est pas la leur. Etre par­rainé, par exem­ple, n’est pas donné à tout le monde. Si c’est pos­si­ble — et con­seillé — pour un cou­ple, ce n’est pas for­cé­ment pos­si­ble pour les autres mem­bres de la famille. De même, ren­trer dans la caté­gorie des tra­vailleurs qual­i­fié néces­site un nom­bre de points pré­cis, et autres préreq­uis. Pour cela, le plus sim­ple est encore de faire le test gra­tu­ite­ment en ligne, tout en sachant qu’on a sou­vent ten­dance à sures­timer son niveau en anglais, par exemple…

Bien rem­plir son dossier: ça m’avait pris deux mois de stress pour rem­plir mon dossier et y join­dre tous les doc­u­ments, mais finale­ment, je pense que ça valait le coup étant donné que je n’ai même pas été con­vo­quée pour une entre­vue. Mieux vaut donc bien plan­ni­fier son pro­jet d’immigration, et cela com­mence par la paperasse… Certes, les dossiers d’immigration sont par­fois ardus à rem­plir. Certes, cer­tains papiers sont longs à obtenir. Mais vous y gag­nez : plus les infor­ma­tions sont com­plètes, plus le dossier parait clair, plus vite il sera traité. Per­sonne n’a envie de met­tre le nez dans un dossier brouil­lon, incom­plet et ban­cal… Mettez-vous à la place des agents d’immigration ! Alors, au moin­dre doute ou au moin­dre point flou dans le dossier, joignez une belle let­tre d’explication ou de jus­ti­fi­ca­tion, et conformez-vous à la check-list des doc­u­ments !

Choisir où déposer son dossier, si pos­si­ble
: la loi d’immigration est telle qu’il faut générale­ment déposer son dossier dans le pays duquel on est rési­dent. Cepen­dant, si vous avez été admis au Canada pour au moins un an, vous pou­vez faire une demande d’immigration à l’intérieur du Canada. Réfléchissez-bien et reportez-vous à ces pages, qui sont une bonne indi­ca­tion : Délais de traite­ment pour la rési­dence per­ma­nente.

Enfin, armez-vous de patience… Bien des fac­teurs vous échap­pent, comme l’enquête de sécu­rité. Avec les trois points que j’ai men­tionné ci-dessus, vous devriez au moins avoir la sat­is­fac­tion d’avoir mis toutes les chances de votre côté !

———————————————————————

800 000 deman­deurs sur le pas de la porte (Gilles Toupin)
La Presse — Ottawa

Le Canada est très pop­u­laire auprès des immi­grants. Telle­ment qu’on se bous­cule au por­tillon : cer­tains des 800 000 deman­deurs actuels de partout dans le monde qui rêvent de s’y installer risquent d’attendre jusqu’à des années avant que leur dossier soit traité. Et la queue s’allonge. Bien des drames humains, bien des espoirs déçus. Et un cauchemar admin­is­tratif pour le gou­verne­ment fédéral, qui n’avait pas prévu le coup.

Les deman­des accu­mulées d’immigration pour le Canada visent actuelle­ment près de 800 000 per­son­nes, un chiffre record qui n’est pas sans causer de vio­lents maux de tête au gou­verne­ment fédéral.

Cet embouteil­lage de deman­deurs, toutes caté­gories con­fon­dues, démon­tre une fois de plus que le Canada est une des­ti­na­tion de choix pour les immi­grants. Mais il souligne du même coup le cauchemar admin­is­tratif qu’une telle pop­u­lar­ité engen­dre. En 2007, selon le plan d’immigration du min­istère de la Citoyen­neté et de l’Immigration, le Canada compte accepter entre 240 000 et 265 000 nou­veaux rési­dents per­ma­nents. En 2006, quelque 255 000 per­son­nes ont été admises alors qu’en 2005 — une année inhab­ituelle — Ottawa a ouvert ses portes à 262 236 nou­veaux rési­dents permanents.

Selon des notes d’information pré­parées à l’intention du min­istre de l’Immigration, et obtenues par La Presse en vertu de la Loi d’accès à l’information, le gou­verne­ment fédéral recon­naît qu’il fait face à une sit­u­a­tion qui dépassé de beau­coup “sa capac­ité opéra­tionnelle”. En d’autres mots, il n’avait pas prévu le coup.

“Si rien n’est fait pour combler les retards, si l’on con­tinue à oeu­vrer de la même façon qu’on le fait actuelle­ment, sou­tient Meili Faille, porte-parole du Bloc québé­cois en matière d’immigration, l’accumulation des deman­des va con­tin­uer de croître d’année en année.“

Le sys­tème d’immigration uni­versel du Canada, c’est-à-dire un sys­tème ouvert à tous, peu importe le pays de rési­dence, un sys­tème qui traite toutes les deman­des reçues, aurait-il du plomb dans l’aile?

Au début des années 2000, le niveau d’immigration global était fixé entre 200 000 et 225 000 nou­veaux arrivants. Ottawa décida à cette époque de priv­ilégier cer­taines caté­gories d’immigrants, notam­ment les tra­vailleurs qual­i­fiés. Or, dans cette seule caté­gorie en 2000 et 2001, 291 000 deman­des ont été reçues, beau­coup plus que prévu. Au cours des cinq dernières années, le nom­bre de deman­des est égale­ment monté en flèche dans la caté­gorie des par­ents et des grands-parents par­rainés (sou­vent liés aux tra­vailleurs qual­i­fiés), dans celle des per­son­nes pro­tégées au Canada ainsi que dans celle des réfugiés par­rainés par le secteur privé.

Et ça con­tinue. Depuis le 5 jan­vier 2007, les deman­deurs de la caté­gorie des tra­vailleurs qual­i­fiés — la plus impor­tante — sont plus de 500 000, ceux de la caté­gorie des par­ents et des grands-parents sont plus de 100 000. Dans cette dernière caté­gorie, révè­lent les doc­u­ments min­istériels, l’inventaire représente cinq fois le nom­bre de deman­deurs prévu par Immi­gra­tion Canada.

La Loi sur l’immigration et la pro­tec­tion des réfugiés prévoit que les deman­des d’immigration soient soumises dans l’un des 47 bureaux d’immigration du Canada à l’extérieur du pays. Le vol­ume des deman­des est tel dans ces bureaux qu’elles atteignent près des 700 000, selon les don­nées de jan­vier dernier. Cer­tains bureaux se dis­tinguent égale­ment par une afflu­ence spec­tac­u­laire, ce qui est le cas de celui de New Delhi où la liste d’attente pour les tra­vailleurs qual­i­fiés est de 130 078 per­son­nes. Or, comme Immi­gra­tion Canada s’est fixé une cible de 22 380 visas pour cette caté­gorie à New Delhi pour l’année 2007, selon des doc­u­ments obtenus par La Presse, il fau­dra au moins cinq ans pour que toutes ces deman­des soient traitées. Pour les nou­veaux deman­deurs qui s’ajoutent tous les jours à la liste, autant dire que leurs appli­ca­tions sont ren­voyées aux cal­en­des grecques.

Quant aux deman­des soumises à l’intérieur du pays (des cas d’exception), elles se chiffrent quand même à l’heure actuelle à près de 80 000. Au train où vont les choses, il n’est pas irréal­iste d’affirmer que les deman­deurs de rési­dence dépasseront bien­tôt le million.

Le gou­verne­ment fédéral tente chaque année de réor­gan­iser ses ressources et son per­son­nel dans ses mis­sions à l’étranger afin de faire face aux embouteil­lages dans ses ser­vices d’immigration. En Inde, par exem­ple, les agents d’immigration sont passés de 98 à 171 en 2006. En Chine (inclu­ant Hong Kong), le per­son­nel est passé de 138 agents à 190 la même année. De plus, le min­istère de la Citoyen­neté et de l’Immigration met au point en ce moment une stratégie pour réduire le nom­bre de deman­des accu­mulées et abréger les longues péri­odes d’attente. Mais, recon­naît Ottawa dans un doc­u­ment d’information des­tiné à l’ancien min­istre de l’Immigration Monte Sol­berg, “comme il a fallu beau­coup d’années pour accu­muler ces deman­des, il fau­dra aussi du temps pour les traiter”.

“Ce que l’on reproche au gou­verne­ment dans ce dossier, explique la députée blo­quiste Meili Faille, c’est bien sûr que le traite­ment des deman­des né se fasse pas plus rapi­de­ment. Mais c’est aussi que les per­son­nes con­cernées né soient pas avisées des délais de traite­ment des dossiers.”

Bien sou­vent, il faut telle­ment de temps pour qu’un can­di­dat reçoive une réponse, que son exa­men médi­cal et son enquête de sécu­rité né sont plus val­ables. L’aspirant immi­grant doit tout refaire et payer à nou­veau une somme de 750 $ non rem­boursable. Il y a certes des délais moyens affichés sur le site inter­net d’Immigration Canada, mais ce sont des délais his­toriques qui n’ont rien à voir avec la réal­ité d’aujourd’hui. Les ser­vices de l’immigration né dis­ent pas par exem­ple à un tra­vailleur qual­i­fié accepté qu’il lui fau­dra huit ou neuf ans avant que ses par­ents né vien­nent le rejoin­dre au Canada. Si les gens con­nais­saient les délais réels, les listes d’attente né seraient cer­taine­ment pas aussi longues.

12 comments

  1. bon­jour je suis SARAH, alge­ri­enne, agée de 25 ans, prochaine­ment mar­iée, on voudra moi et mon con­joint s’installer au canada ( Québec).…
    Je suis uni­ver­si­taire et j’ai tra­vail­lais pen­dant 2ans, mon con­joint a un diplome de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle, j’ai rem­pli le
    formi­laire d’évaluation et la réponse était favor­able mais ques­tion papiers et dossier je suis rétis­sante…
    SVP aidez moi a mieu com­pren­dre les démarches (la paprasse surtout) et ma ques­tion est posée aux algériens merci d’avance lkhawa aya thalaw

  2. Je suis Mari­ame ‚mon mari et moi voulons resider au Canada mais je né sais pas quel pro­cesu a suivre pour y par­venir alors nous avons besoin de votre aide.

  3. j’ai envoyé mon dossier le:janvier2009;j’aimerai bien savoir a quelle étape arrive t-il;c-a-d s’il est traité?,ou pas encore?et com­bien reste t-il pour avoir une repense;qu’on espére pos­i­tive moi et ma femme.DONC j’aimerai bien com­pren­dre plus.merci

    • Je n’en ai pas la moin­dre idée. Il faudrait com­mu­ni­quer avec le CIC. Mais les délais peu­vent être très longs, selon le pays dans lequel vous êtes.

  4. Bon­jour,
    le me suis entretenu au télé­phone il y’a une semaine de cela avec le bureau d’immigration pour me ren­seigner juste­ment sur la ques­tion, et bien la réponse et plus qu’effrayante, on ma cepen­dant informer que les dossier qui sont actuelle­ment en traite­ment sont ceux déposer en 2008.

    • Oui, je né suis pas sur­prise. Les délais sont très longs main­tenant. Cet arti­cle a été écrit il y a longtemps… les choses changent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>