• Menu

Power To The People

Power To The People
Power To The People

Et dire que chaque fois que nous votions pour eux
Nous faisions taire en nous ce cri : “
Ni dieu ni maitre !
Dont ils rient à présent puisqu’ils se sont fait dieux
Et qu’une fois de plus nous nous sommes fait mettre…
Renaud

Demain, les élections françaises. Tout Renaud me vient à l’esprit. Hexagone, Où c’est que j’ai mis mon flingue (qui serait aujourd’hui probablement interdite…) ou encore Société tu m’auras pas, autant de reflets d’une France où on se marrait peut-être un peu plus et on produisait peut-être un peu moins.

Après Chirac, la relève arrive. Après l’escroc, les fachos bon teint qui vont “remettre la France au travail”. Vous êtes pauvre, étranger, solidaire, intellectuel, étudiant, SDF, vous avez le malheur de ne pas rentrer dans les cases ? Réinventer votre vie, aucun énarque ne le fera pour vous.

“Travail-Famille-Patrie c’est que des ragots, c’est pas que dans les mains que ça fait des cloques”

Aujourd’hui, on ne vote plus à droite ou à gauche. On choisit à quel degré de “droite” on veut voter. La droite nazie, direction la bête immonde. La droite facho, direction Sarko. La droite étatiste mais qui n’aime pas les pauvres ni le bazar, Ségolène. La droite de la ruralité crétine, notre ami de Chasse, Pêche, Nature et asticots. La droite catho et réac, le Vicomte. A droite toute, on ne regarde pas en arrière et on avance vers un monde meilleur de marché autorégulateur !


“Camarade, si les jeux sont faits, au son des mascarades on pourra toujours se marrer”

La gauche fleure bon l’opportunisme mais n’a su ni pu se réinventer dans une France, une Europe et un monde bien ancrés à droite, un oeil rivé sur la croissance et l’autre sur la productivité. Les parts de marché, le NASDAC, le CAC40, NIKKEI et les stock options font moins rêver que les couleurs d’une beau dessin ou les quelques notes qui vont lever le poing mais, que voulez-vous messieur-dames, ça fait marcher le monde. Le monde, lui, n’a pas demandé grand chose. Heureusement, il n’a plus de candidat.

La droite fait plus peur que jamais, commandée par un mégalomaniaque qui se voit depuis 20 ans calife à la place du calife, sans avoir l’humour d’Iznogoud ni l’intelligence de Rantanplan. Des idées dignes des pires heures de l’histoire et des formules convenues ont fait de lui quelqu’un dont on parle. J’aimerais ne pas voir le pays cramer d’ici deux semaines. Note to self : tout sauf lui.

“Etre né sous le signe de l’hexagone, on peut pas dire que ça soit bandant”

Qu’avons nous inventé ces derniers temps ? Qu’avons-nous appris ? Ce dernier mandat présidentiel a apporté son lot de révoltes, mais aucune innovation. J’en arrive à penser que notre président à fait comme les intérimaires : il a attendu que le temps passe sans rien foutre pour pouvoir inscrire plus d’heures sur sa feuille de temps.

La société entière est à réinventer. Je vois mes compatriotes depuis mon bout de terre glacée et je me demande s’ils ne sont pas devenus fous. Tout ce qu’on voulait, c’était de l’espoir, une société plus juste, un pays qui aurait compris que le temps des colonies était fini et que l’eurocentrisme ne faisait pas parti de la solution. Il est où, l’espoir, dans une société qui ne se comprend pas, où les inégalités se sont creusées plus vite qu’il n’en faut pour le Pen pour déraper ? On parle de droite ou de gauche comme si ce seul clivage pouvait déterminer l’avenir de la France, en oubliant que l’envie d’un monde meilleur est universelle. La droite traditionnelle ne mérite pas d’être diabolisée, de même que la gauche ne mérite pas d’être mise au placard. Mais bordel, de l’humanisme, ça serait trop demander ?

PS : On parie ? Bayrou vs. Iznogoud.

Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *