That Puzzling Place Canadians Call “School”

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

“Daddy working”, Mark, November 2018

“Just tell me what happened. I’m not mad yet, but I will be if you don’t speak.”

The guys are sitting face to face in the living room—Feng on the couch and Mark on the IKEA chair’s footrest.

Clearly, I missed something.

It’s 3:20 p.m. and I’m stopping by between two work-related errands. Feng just came back from picking up Mark from school. The last time he used this line with Mark was for a bathroom accident in kindergarten. Surely, Mark is a bit old for that, isn’t he?

Mark is looking at me as the potential “good cop”.

“Daddy is talking to you.”

“Was it during first or second recess?” Feng prompts.

“Huh…”

“Morning or afternoon?”

“Okay, Feng, what happened?” I finally ask.

“He got a note from his teacher.”

“Oh. What does it say?”

“Not good.”

I open Mark’s notebook. Her tight handwriting is hard to decipher and it doesn’t help she used purple ink.

I feel like I’ve been punched in the stomach.

Mark is disrupting the class. Worse still, he kicked another kid and THIS WAS WITNESSED BY TEACHERS she adds, as if I would be tempted to hire my own legal expert and cross-examine whoever was around during the very-bad-behaviour event.

I glanced outside half expecting to see a police car parked in front of the house, waiting to send Mark to juvie.

I’m confused but I’ll think later—now is the time to parent.

“This is bad! You don’t get sent to the principal office in first grade! What’s going on with you?”

I lecture Mark—what else can I do? Feng punishes him, no TV for a week.

I’m a bit shocked. Do many first graders get sent to the principal’s office or—gasp—just my son?

Am I one of these parents in complete denial?

I can see Mark being distracted or talking to other kids in class. “Focus!” is my motto. Sure, it’s annoying, but I suspect most six-year-old kids are easily distracted and can be distracting. This is not an excuse, I fully support a teacher enforcing classroom rules. But what the hell am I supposed to do here? Remind Mark to pay attention? Sure, no problem. Is this going to work? Meh. I’m not in the classroom…

As for Mark kicking the kid, I get the full story a few days later. I’ll spare you the minutiae, but it’s basic playground drama, “cool kid” not letting Mark play. Mark shouldn’t have reacted like that, of course.

We started off on the wrong foot with the teacher.

We met her once, during the school BBQ the second week of September. The first thing she told us was that Mark had to complete math exercises to do at home. “Great!” I replied cheerfully, assuming she was introducing us to the concept of homework. “No,” she corrected me. “He has to do it at home because he didn’t do it in class.”

I was taken aback. This was week 2 of Grade 1, wasn’t it her job to make sure kids complete their assignment? Mark didn’t even know he was being “punished”, he was just transitioning from kindergarten.

After the note, I wrote the teacher a letter to try to smooth things out. We value education and you have our full support, we talked to Mark and reminded him to pay attention and be nice to other kids, etc.

Was it what she expected from us? I have no idea. She didn’t reply.

Frankly, I don’t know what the school expects from parents and what’s expected from Mark.

Mark is in French immersion, which means that the curriculum is taught in French (except the daily one-hour math class). However, Mark and his classmates do not speak French. Please, don’t say, “BUT YOU’RE FRENCH!”—French isn’t a disease, Mark has my hair, not my language skills.

The kids don’t learn French, they learn in French and they are supposed to “pick up the language.” Apparently, they are also supposed to “pick up” reading because I taught him, the school didn’t.

In theory, it sounds lovely. In practice, it’s extremely frustrating. Mark is sent home with books to read in French and I have to sign his reading log otherwise I get a note (he forgot his book at school that day).

“The teacher was mad you didn’t sign, mommy”

“I don’t know what he means,” he moans. Well, duh. If I have to read a book in Romanian, I wouldn’t understand it either.

I dread the Tuesday’s homework. Mark has to write several sentences with 6 different words in French. Sounds easy? I thought so until I saw Mark’s puzzled look after explaining the instructions (written in French, bien sûr). Ever tried to explain what a sentence is to a six-year-old kid?

“Okay, so just find the subject.”

“Huh?”

“The… the person.”

“I don’t know what these words mean.”

“Find the verb—the action word, like to speak, to walk, etc.”

He doesn’t get it and guess what, I can barely come up with several sentences with the words given—there are no prepositions so no matter what, if you only use the words supplied, sentences aren’t grammatically correct. For example, “la maman” “parle” “ le chien”—the correct sentence would be “la maman parle avec le chien” but there’s no “avec”.

I don’t understand why the teacher (the school? The curriculum?) doesn’t make kids memorize basic sentences in French, conjugations for simple verbs, etc. But there are no books and kids didn’t even learn the accents in French, which is like français 101.

I feel sad. This isn’t the school experience I wanted for Mark. I wanted him to be a good student, I wanted to be the parent supporting the teacher, I wanted him to learn French… and here I am, completely confused.

Parent-teacher meetings are this week. We have the 9:00-9:10 slot. Should be a fun 10 minutes.

Share.

About Author

French woman in English Canada. World citizen, new mom, traveler, translator, writer and photographer. Looking for comrades to start a new revolution.

16 Comments

  1. Hallucinant … je n’ose pas te demander comment tu vas garder ton calme pendant le fameux meeting … et je trouve bizarre qu’un enfant de CP (1st grade, c’est bien le CP ?) ait des exercices de maths à faire après deux semaines seulement d’école … Il me semble que mes enfants ont commencé par l’apprentissage de la lecture, grace à un mélange de méthode globale et de méthode syllabique. La méthode globale permet d’emblée de donner des “mots outils” aux enfants comme (avec, dans, sur, sous) ce qui leur permet de construire des petites phrases qui restent cohérentes. La méthode syllabique est une méthode qui se base vraiment sur l’apprentissage des sons (consonnes et voyelles) et qui les associe petit à petit pour déchiffrer et prononcer des syllabes. Si ça t’intéresse, je peux retrouver le manuel que mes enfants ont utilisé en dernière année de maternelle, ça doit pouvoir se commander sur le net.
    Sur la socialisation, ne t’inquiète pas, je pense juste que Mark doit se faire petit à petit à l’idée que Mr Cool Kid est à un petit c.. à éviter comme la peste. Le plus sûr moyen de ne pas avoir de souci avec ce genre de personne est de l’ignorer complètement.

    • I don’t think I will even have the time to start arguing with the teacher. Early morning ten-minute meeting, I mean… :-/

      Mark reads very well in English (like, he can read my books, although I’m pretty sure he doesn’t understand what he reads!). He can read just fine in French as well, he just has no idea what the words mean.

      Last Sunday, I actually spent an hour at the French library and I bought him several reading methods in French based on la méthode syllabique. These books are designed for Quebec kids learning how to read but I figured he will be able to pick up some vocabulary. Thank you for your suggestion as well, I’ll check it out! I think that’s the best way to learn how to read, I don’t believe in “sight words” (la méthode globale).

  2. J’ai retrouvé : “c’est Nounourse et ses amis” auteur Marie de Maistre
    Méthode phonétique qui associe les consonnes et les voyelles aux sons.
    Franchement je te le recommande, si tu passes 10 minutes par jour avec Mark à lire cette méthode, il saura lire tout en comprenant ce qu’il lit.

    • Merci! Ça me dit quelque chose… je me demande si on ne l’a pas chez moi en France (est-ce que je l’aurais utilisée? Ou mon frère??)

  3. I’m sad for Mark. Everything seems puzzling and he doesn’t seem to have any fun in learning 🙁
    Je suis sûre que ça va s’arranger, il faut que tout se mette en place ! Courage à lui et à vous !

    • Merci!

      It’s mostly frustrating for me because I see the big picture, i.e. I know what (I think) is normal and what’s not. Mark does look a bit… discouraged. I would be too if I were him :-/

  4. Ooooooooooooooh!
    Je te comprends, pas l’expérience d’école rêvée.
    Pour le mot de l’école, ben t’inquiètes pas, qu’on les voit ou pas lol les enfants se poussent, se tapent, et surtout en ce moment là où tout le monde est fatigué et sur les nerfs parce que PAS DE VACANCES. Vous avez réagi et écouté sa version et c’est super. Après à 6 ans on contrôle pas toujours ses pulsions puis lui rappeler juste qu’il y a d’autres moyens de gérer, je ne sais pas si vous pouviez faire grand chose de plus. Peut-être que la prof a insisté sur le fait que c’était vrai parce qu’elle est à bout elle aussi 🙂

    Pour le français ben c’est bizarre cette histoire d’immersion vu comme ça.
    En première année ici je dois te dire qu’ils font moins que ce qui est demandé à Mark, c’est vraiment bizarre. Et en même temps logique, ils apprennent juste à lire on peut pas leur demander de lire un livre par jour, alors dans une autre langue j’ai du mal à voir l’intérêt… Pour commencer à faire lire les enfants en anglais ici, tranquillement sans pression hein, j’avais pris des trucs genre dictionnaire bilingue illustrés, des trucs un peu pour les plus jeunes mais ils apprennent un peu de vocabulaire de base. Et oui aussi les méthodes syllabiques aident. Je pourrais même te prêter quelques trucs si tu veux pour essayer. (En plus je serais vers chez toi ce week-end)
    Après aussi le truc c’est que particulièrement pour l’immersion, ils s’attendent à ce qu’il y ait l’immersion à la maison aussi. J’y avais pensé pour l’anglais pour le Petit Grand, ils demandaient à ce que les parents parlent ou fassent de l’anglais avec l’enfant à genre 70% du temps. Même là avec une seule heure d’anglais par semaine, on est censé leur faire regarder la télé en anglais, leur parler, etc. Bref, c’est vraiment un investissement énorme je trouve.
    Courage en tout cas!

    • Eh, tu es dans le coin ce weekend?

      For the recess story, I’m not overly worried. I know Mark isn’t a very aggressive kid (usually, he is the one who gets scratched or hit, which is another issue). I saw him enough around other kids and in plenty of settings to be sure he can behave. Honestly, I trust him. That doesn’t mean he is perfect, he definitely hit the kid and he shouldn’t have but hey, he was punished and that’s it for me. I just find it weird to send a kid to the principal office for something that probably happens during every recess… especially among young kids.

      I agree with you, I find the time investment from parents is completely unrealistic. Besides, young kids are exhausted after the school day. I have the same problem with French as you with English. I mean, in theory I could spend hours in the evening teaching him conjugations, vocabulary, etc. But hey, know you what, I have to work, cook and all and Mark isn’t super receptive because he is tired.

  5. Seen like that, this idea of immersion looks completely stupid. If the children already had a year of French learning before, it could work, but there, it doesn’t make sense. Explaining what is a sentence, how it is composed, is an important part of grammar, and it seems ridiculous to start with that in immersion if it hasn’t been done in the child current language.

    • Ahem… maybe that’s the issue: in theory, he *did* two years of French in JK and SK (“maternelle”). He didn’t learn anything, though and frankly, before four or five, kids have limited vocabulary anyway.

  6. Une amie ici est dans le meme cas de figure. Elle est Anglophone et sa fille va à l’école Anglophone, en immersion française. Elle semble plutôt bien s’en sortir mais l’enseignement a peut-être été different. Je me souviens par contre qu’elle était très confuse de ne pas réussir à lire de l’anglais. Ce qui est evident, dans le sens où ils apprennent déjà à peine à savoir lire, et là il faut leur expliquer que les lettres ne sonnent pas pareil dans cette autre langue. Honnêtement je trouve que ce type d’immersion a ses limites. Ici en maternelle tout se passe bien, on fait l’apprentissage (en tant que parent) de la notation par les lettres lol. Le commentaire du premier trimestre montre, je trouve, que la prof a bien cerné notre fille. Elle évoque le fait qu’elle n’est pas à l’aise à l’oral. Je garde en tête le fait que le travail oral et en groupe sont généralement deux points importants dans l’éducation ici alors je ne me stresse pas trop pour ça. Sinon, pourriez-vous envisage de changer Mark d’école? Je trouve qu’entre cette année et l’année dernière, ça a fait long feu.

    • Curieusement, Mark lis très bien en français. Je dois parfois corriger quelques sons, mais il a pigé tout seul, je ne sais pas trop comment. Peut-être que quand même, nos étés en France et le fait que je lui ai quand même parlé en français a aidé…? Mystère. Par contre, zéro en vocabulaire, il ne sait pas du tout ce qu’il raconte 😆 Mais effectivement, ce que tu décris avec ton amie anglo est le genre de “mindfuck” auquel on ne pense pas immédiatement.

      En ce moment, le mien, c’est l’écriture en anglais. Mark écrit beaucoup tout seul, des histoires, des petits mots… j’adore. Problème, forcément il écris surtout phonétiquement, car évidemment il n’a pas appris à écrire en anglais. Ça me fait mal au coeur de le corriger, il a déjà l’impression de “ne rien savoir” et il est tellement fier de ses lettres… mais en même temps, je ne vais pas le laisser écrire en phonétique toute sa vie, et il ne fait pas du tout d’anglais à l’école. Un vrai mindfuck, je te dis!

  7. J’enseigne en immersion en Alberta, et j’avoue que ce que vous racontez n’a pas de bon sens! Au début de la 1re année les élèves ne devraient pas être obligés d’écrire des phrases à la maison, ni de lire 1 livre par soir. C’est plus approprié de pratiquer des mots fréquents pour développer le vocabulaire et de lire quelques livres par semaine. Le but de l’immersion, c’est d’amener les enfants à apprécier la langue et non de se frustrer. Avez-vous considéré de changer Mark d’école?

    Par rapport à ta correction de son écriture en anglais, les enfants peuvent écrire au son jusqu’à la fin de la deuxième année. En 1re année c’est important pour lui d’être capable d’utiliser la bonne consonne au début du mot et d’écrire les mots de 3 à 4 lettres. Plus tard dans l’année il pourra commencer à pratiquer les “digraphs” comme th, sh, ch etc. Pour éviter le découragement total, Je dirais de miser sur certains sons lors de la correction, et de laisser d’autres erreurs sans commentaire. Vous pourriez commencer à corriger d’autres sons quand il aura acquis les bases.

    • Bonjour Sarah,

      Merci beaucoup de ce feedback si précieux! C’ets vraiment un métier et des compétences d’enseigner, surtout aux enfants, et j’avoue que je tatonne beaucoup. C’est vraiment gentil de partager votre expérience.

      On est un peu bloqué avec l’école, c’est celle dont on dépend si on ne souhaite pas aller dans le privé. Toutefois, c’est une solution que je me réserve (le changement d’école) si on continue comme ça. C’est difficile en fait pour moi de sonder ce qui est “normal” et qui est commun à toutes les écoles, ce qui vient de cette école en particulier et ce qui vient de l’enseignante.

      Je suis un peu soulagée de voir qu’il n’y a pas encore urgence pour la correction de l’écriture phonétique. La lecture des livres ne le frustre pas trop, curieusement il lit très bien en français (très bien… pour un enfant anglophone!). Ce qui est difficile, c’est l’acquisition du vocabulaire. Depuis la rédaction de cet article, j’ai acheté des livres d’exercice d’apprentissage de la lecture qui sont utilisés par les classes préscolaires au Québec. Même s’il n’a pas besoin d’apprendre à lire (ça c’est bon), ils sont très bien faits pour décortiquer les sons en français et, j’espère, acquérir du vocabulaire simple.

      Maintenant je suis vraiment curieuse : comment trouvez-vous l’immersion en général? Est-ce qu’elle donne de bons résultats dans un environnement très anglo comme en Alberta? Comment les petits la vivent-ils?

Leave A Reply